you fucked my wife?

Publié le par freakylady

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ma mère ne m'a pas facilité la tâche. Elle a même fait du très, très sale boulot.

Elle a fait de ses enfants des gens indécrottablement polis.

Qui ont le sourire réflexe, qui disent "bonjour" et "au revoir" à la boulangerie même quand personne ne répond, qui s'effacent devant la vieille peau qui les double au supermarché.  Civilisés, quoi.

Et PIRE encore, ma mère nous a laissé croire qu'il le fallait car c'était COMME CA que le monde tournait.

La bonne blague.

Il y a deux semaines, j'appelle le psychiatre chez qui j'avais pris rendez-vous deux mois auparavant ( eh oui, je m'étais résolue à retenter le coup du divan, pour voir...) afin de lui demander de repousser, ou d'annuler dans le pire des cas, ledit rendez-vous : je suis membre du conseil de discipline de mon bahut, un de mes élèves a manqué en étrangler un autre avec un foulard "pour rigoler" , je dois assister à une réunion à l'heure du rendez-vous. Faire mon boulot, quoi.

Je décroche donc mon téléphone, je me présente, et je dis texto : " Je voudrais savoir s'il est possible de repousser ou d'annuler mon rendez-vous car j'ai un impératif professionnel ? "

Sur quoi le psy en question me répond froidement que non, ce n'est pas possible, que ce n'est même pas la peine de rappeler pour avoir un autre rendez-vous, JAMAIS, que je suis bien cavalière, et il me raccroche au nez au milieu de mon bafouillement d'excuse.

Je suis restée prostrée à mon bureau pendant une bonne demi-heure, le visage en feu, le coeur battant la chamade. Humiliée à ce point, et par un psychiatre, je crois que ça entre dans le Top Ten de mes traumatismes existentiels.

J'ai attendu que mon amoureux rentre du boulot pour grimper sur ses genoux et lui raconter mes malheurs. Sa réaction a été nette et claire : " Monte dans la voiture, on va lui casser la gueule."
Alors évidemment, je ne suis pas montée dans la voiture, personne n'a cassé de la gueule de psychiatre, et j'ai juste attendu quelques jours que la boule qui m'obstruait la gorge descende profondément dans mon estomac pour se faire de plus en plus discrète.
Parce que je suis quelqu'un de civilisé, qui a appris à prendre son parti de ce genre d'incident de communication inter-humaine, et à sourire en prime en affirmant que le plus puni, dans l'histoire, c'est bien ce méchant docteur qui doit certainement souffrir terriblement d'être une si mauvaise personne.

Ouais.

Sauf que mon double cinématographique, lorsqu'il est seul et sans témoin à la maison, se transforme parfois en Robert de Niro, en Commandant Ripley ; en Edward Norton nihiliste, en American Psycho incontrôlable. Il hurle, donne des coups de pied dans les murs et frappe les coussins par terre.

Un jour, peut-être, alors que j'aurais essuyé une énième rebuffade, que mon coeur se contractera sous l'effet d'une parole trop dure, trop irrespectueuse, trop méprisante, je jouirai pleinement de ce grand corps que le seigneur m'a octroyé dans sa grande bonté et j'enverrai mon poing dans la gueule du malheureux qui m'aura provoqué, juste pour le plaisir d'entendre ma main craquer et de voir la douleur passer de mon coeur à sa mâchoire.

Un jour, peut-être. Ou pas. La politesse est une maladie mortelle, mortelle et incurable.

Mais je me soigne : demain, mon psychiatre trouvera dans sa boîte une lettre de derrière les fagots, et je suis prête à parier mes jointures qu'il s'en rongera le poing...

" Take that in your gueule, connard ! " 
Et elle s'éloigna sur son fier destrier dans le soleil couchant...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crammer 18/06/2007 20:49

la réaction d'Alex était bonne.Je ne t'ai appris à être polie qu'avec les gens polis!La politesse s'arrête là où commence l'impolitesse des autres!(ou la connerie).
Bonne idée de sortir ta plume et choisis bien ton encre!

biboul 01/06/2007 03:59

ayant tenté ,une psy,et une tres bien d ailleur
je peux te dire que ce genre d energumene est un blaireaux
et que c est une bonne chose que du coup ,tu t en soit apercu tout de suite
le bon psy (ou la bonne )ne reagit pas comme ca
au meme titre qu une bonne personne en general
je t encourage a ne pas te d ecourager dans tes recherches
car moi, ca ma vraiment bien aidé
le probleme ,c est qu apres ce genre de mesaventure ,on a tendance a repousser ce genre de decisions ,ce qui est domage
sur ce ,gros bisous,bonne nuit et a plus
biboul

Sophie 31/05/2007 14:44

Qui c'est qui disait "l'enfer, c'est les autres"? ou "ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort"? Facile à dire les gars. En attendant faut faire avec "les autres" ou "qui nous tue pas".

damien 31/05/2007 09:38

arrrrrgh, faudrait faire un exemple de ce médecin de mes 2, dès que queqlu'un nous fait chier par manque de courtoisie, on va chez ce médecin et on lui fait un truc, un tag, un pneu dégonflé, des coups de fil anonyme, bref un exutoire. Parce que ça arrive trop souvent ce genre de conneries et que ça pourrait faire du bien de frapper un bon coup!

rénaldo 30/05/2007 20:31

Conclusion: ne jamais appeler son psy lorsqu'il est, à demi nu, habillé seulement d'une couche pour bébé, en train de pleurnicher: "punis moi Maman j'ai été trés vilain", à quattre pattes devant sa secrétaire qui le fouette en hurlant "couiiiiine....couiiiiine comme un cochon"....