l'homme de ma vie

Publié le par freakylady

Ca leur fait toujours drôle.
Cinq ans que je travaille dans ce bahut, et de toute évidence, les gens ne s'habituent pas à mes revirements vestimentaires.
OK, je le reconnais, le coup des bottes de caoutchouc violet, c'était un peu de la provoc. Je les aime bien ces bottes, quand même. Pis c'est moins cher que du cuir.

N'empêche que quand je me suis mise à arpenter les couloirs juchée sur mes belles boots à talons ( cette année, la Fashion a dit à Fréd: "tu seras eighties, ma fille " ) , les regards sont devenus limite accusateurs.
" On se sent tout petits, hein?"
"Comme si tu avais besoin de ça..."
"Tu fais pas peur aux élèves?"

Sans oublier l'orgueil froissé des mâles...
"C'est bien la première fois qu'une femme me dépasse..."

Nous y voilà, donc.
Certes, je conçois volontiers que mon mètre quatre-vingt ne nécessite pas FORCEMENT d'être amélioré, mais...
MERDE à la fin, je suis une FILLE ! 
Ca met des talons, non, les filles?

Question moins triviale qu'il n'y paraît. 
Quand on a toujours fait une tête voire deux de plus que les garçons de sa classe, qu'on a souvent dû ingénieusement incliné la nuque pour rouler un patin à son boyfriend, qu'on a longtemps lorgné en soupirant sur les petites poupées jolies que les garçons pouvaient enlever dans leurs bras comme des oiseaux fragiles et charmants...
...construire sa féminité ne va pas forcément de soi.

Alors on y arrive tout de même, notamment grâce aux  hommes amoureux qui posent sur vous le regard dont vous avez besoin et qui sont aussi capables de voir dans votre grand corps le nain de jardin égaré que vous êtes parfois.

N'empêche que l'ambiguité subsiste, qu'elle fait partie de vous.

Le garçon en moi :

Oublier la douche et manger des pizzas pendant une semaine d'enregistrement avec quatre garçons dans le vent  ( d'ailleurs je vous aime pour la vie , mes chéris ).
Acheter un Mc Do en laissant pourrir une vaisselle de cinq jours dans l'évier.
Regarder la télé , les Converse terreuses posées sur la table basse, une main dans le slip.
Ne pas rêver d'une robe blanche.
Soutenir le regard d'un élève casse-couilles et lui promettre à la Al Pacino qu'on va lui faire la misère jusqu'à la fin de sa déplorable vie.
Ne pas se laver le dimanche.
Coucher sans laisser de numéro de téléphone ( on a tous été jeunes et cruels, mmm ?)
Dire " bordel , putain , nom de dieu , rien à branler " et aimer ça.
Sortir seule au café et s'asseoir au bar.
Hurler sur une chanson de Nine Inch Nails en roulant à 140.
Adorer les films d'horreur et les " Y a-t-il un flic..."
Envisager sa vie toute seule avant de l'envisager à deux.

Mais, malgré tout, la fille en moi :

Vendre sa mère pour une paire de ballerines d'une couleur inédite ( " j'en ai pas, des orange ?" ).
Se lever à six heures du mat' pour faire un semblant de brushing et mettre du rouge à lèvres.
Battre des mains et sautiller sur place " quand un inconnu vous offre des fleurs"
Se crisper imperceptiblement quand un gros lourd aviné s'installe au bar juste à côté de vous.
Vouloir des enfants.
Discuter pendant des heures au téléphone avec la copine que vous allez voir quatre minutes après.
Faire une crise à son mec ahuri au beau milieu de la nuit parce que " ça va pas , il faut qu'on parle ".
Manger équilibré.
Scruter ses fesses dans le miroir en soupirant.
Pleurer énormément et régulièrement.
Boire une tisane à cinq heures du mat' après avoir vidé deux bouteilles de rouge.
Consulter Yahoo People en même temps que ses mails.
Accrocher des cadres au mur et exposer sa paire de chaussures préférées sur la bibliothèque du salon.
Avoir besoin de câlins.
Occuper trois rayons avec ses produits de beauté dans l'armoire à pharmacie.
Ne pas savoir changer une roue, ni un fusible, ni quoi que ce soit qui sente la graisse.
Saigner une fois par mois.
Se regarder nue dans le miroir, regarder son visage, se passer les doigts sur la peau et se dire qu'on est contente d'être une femme.

Et une jolie femme , en plus. Merde.

Peut-être pour cette raison que je n'ai jamais vraiment eu besoin de croire à cette histoire de l' " homme de sa vie ".
Le mien a toujours été là , en moi , et ne me quittera jamais.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lolo 22/09/2007 22:39

Moi tes talons ne m'ont jamais dérangés. Je me souviens de tes bottes violettes aussi :D Le jaune te va bien aussi. Le jean aussi.
Et l'homme de sa vie ? C'est celui qui te laissera être comme tu es.

Et moi j'ai "bouffé" une plaquette de côte d'or, tous les pimousses qui arrachent de mon fils, et 1/2 plaquette de lysanxia. C'est pas bon pour my body tout ça. Mais pas de converse terreuses chez moi. Bon week end...