dans ta face

Publié le par freakylady

Je veux bien reconnaître que je suis un peu candide , voire légèrement à la ramasse.

C'est vrai que , lorsque m'est venue l'envie impulsive de faire un blog , je me suis sentie un peu honteuse. Pour moi , un blog , c'était le truc rose bonbon plein de photos que bidouillent mes élèves de 6ème.
C'est seulement au gré de deux-trois vagabondages hasardeux que j'ai découvert qu'il existait de vrais blogs chiadés d'adultes. PLEIN. Que ça grouillait comme dans une fourmilière , là-dedans , que ça interagissait entre gens qui ne se connaissent même pas pour de VRAI.

Première surprise. Soit , c'est rigolo et intéressant , je prends.

Et voilà que je découvre au journal de France 2 un truc qui s'appelle Facebook. Rapide sondage auprès de mes élèves qui  , une nouvelle fois , lèvent les yeux en soupirant parce que la prof , y a rien à faire, c'est qu'une vieille conne d'au moins 25 ans qui connaît rien à la life : oui , Facebook , non seulement ils connaissent , mais ils pratiquent à donf.
OK.
Je leur demande de me développer le concept , ils m'expliquent que ça sert essentiellement :
1) à parler encore une fois de sa gueule , son chien , son nouveau téléphone portable , ses tickets de concert de Tokio Hotel... , mais sous un format différent.
2) à retrouver ses vieux potes de maternelle
3) à leur permettre de NOUS retrouver.

J'entends aussi au passage que c'est , entre autres , la grosse foire aux infos persos et que ça permettrait à quinze millions de boîtes de connaître notre catégorie de tampons hygiéniques ( plus,  super plus...) . Au cas où on serait en rade , elles seraient toutes à l'affût pour nous sauter sur le poil et nous enfouir sous les propositions commerciales.

Ouaip , raison de plus.

Coïncidence troublante , c'est au moment où je réalise que je connais mes amies depuis dix ans tout ronds ( huit c'est tout aussi important , d'ailleurs *) que j'entends parler de ce truc qui permettrait de râtisser chez ses copains de l'époque boutonneuse.

Ce truc qui permettrait de montrer qui l'on est aux gens qui savent ce que l'on a été.

Mes amis les plus anciens , et aussi les plus précieux , sont ceux que j'ai rencontrés à l'époque de la fac ( l'occase ou jamais de vous faire une ola , mes petits canards : Arnaud , Marie , Caroline , Marie-Caroline. Ca ne s'invente pas.)
Les plus anciens , les plus précieux , les seuls authentiques puisque nous nous sommes connus à cette période charnière de la vie où on arrache son ancienne peau pour se balader à vif et tenter de savoir qui l'on est , et comment l'assumer au mieux.
Le club des losers.
Ceux qui savent et qui comprennent ce que je suis aujourd'hui. Qui savent par où je suis passée pour en arriver là , puisqu'ils y sont passés aussi. Puisque nous y sommes passés ensemble. Un jardin sauvage de roses rouges et de ronces.

Je n'ai jamais revu , ni même entendu parler , des gens que j'ai connus et qui m'ont connue avant mes dix-sept ans.

Et voilà la magie d'internet qui active sa lampe d'Alladin et me propose de les retrouver , de leur montrer ce que je suis aujourd'hui.

Révéler aux acteurs de mon passé , dans le vrac de quelques lignes posées à côté de ma photo la plus valorisante :
Que l'intello que j'étais n'a finalement jamais quitté l'école.
Que le grand insecte improbable dont toutes les filles se moquaient dans l'antre de l'horreur que sont les vestiaires du gymnase ( " t'as le feu au plancher ? Ils sont passés où , les cinq derniers centimètres de ton pantalon ? Et tes nibards , tu veux qu'on les arrose pour les faire pousser ?" ) est devenu une putain de belle plante.
Que l'éternelle meilleure copine des garçons , la dernière sur la liste du quart d'heure américain , est aujourd'hui la grande prêtresse du Plaquage et a laissé hululer quelques soupirants sous ses fenêtres. En a même fait pleurer , par vengeance stupide , en souvenir des larmes qu'elle-même avait versées sur d'autres.
Que la face de rat de bibliothèque porte encore des lunettes mais aussi des tatouages.

Que je suis devenue ce que je voulais être , envers et contre tout et surtout CONTRE eux ,contre ce qu'ils représentent encore aujourd'hui pour moi.
Les témoins d'années de merde.

Alors , Facebook , ma photo souriante , mon petit debriefing existentiel , nos retrouvailles chaleureuses et amusées?

Plutôt crever la gueule ouverte.

Je crois que je vais plutôt laisser mon passé là où il est , le collège George Sand , les Mathilde et les Edouard ,
les boums et les tubes techno...

... au fond de mon donjon perso où je les regarde d'en haut.

Et puis , les enfants qu'ils étaient resteront ainsi éternels et ne vieilliront jamais.

C'est finalement une faveur que je leur fais.

N.B. Vu que c'est mon blog et que j'en fais ce que je veux , je me permets un petit message perso :
Séverine ( oui , c'est à TOI que je m'adresse, de toute façon j'en connais qu'une seule ) , si tu traînes dans les parages , sache que si on a un jour l'occasion de bidouiller une petite collaboration , ça me fera bien plaisir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

freakylady 11/12/2007 00:01

< cubik (bis) : oups , ouh làààààà , boulette. Bah , une petite honte de plus ou de moins...
Comme quoi je ne suis VRAIMENT pas à la page.
Hop , une petit claque sur le front.

Francis 10/12/2007 22:15

Copains d'avant je me suis inscrit y'a ptet trois quatre ans, j'ai toujours pas vu quelqu'un que j'avais envie de revoir.
En fait, quand j'y pense, ça doit tenir à ce que j'avais pas d'amis.

cubik 10/12/2007 19:00

euh non, copains d'avant, c'est un site sur lequel tu dis dans quels etablissements t'es passé (scolaire, professionnel ou autre) et qui te dit s'il y a des gens que t'as pu connaitre qui sont inscrits
rien à voir avec la soupe de langue >)

freakylady 10/12/2007 18:22

< Cubik : ah mais avant , il n'y a pour ainsi dire PAS eu de copain ( si on parle bien de ceux avec qui on se mélange la langue au ciné...)
D'où rattrapage consciencieux dans mon 9 m2 de résidence U. Ah , folle jeunesse.
Puis de toute façon , je ne suis pas une effrénée en matière de traçage d' Exs ( sauf quand on a encore nos deux noms sur l'acte de propriété d'une maison , hé hé...)

< Sév : Roule ma poule. Youpiiiii ouaiiiiis.
Je vais charger le commandant AIIB de procéder à un échange standard de coordonnées , et le monde sera à nous : tant pis pour lui... ( le monde hein , pas ce pauvre AIIB )

cubik 10/12/2007 13:33

copains d'avant non plus alors? >)