honoris causa

Publié le par freakylady

J'ai été sage aujourd'hui. J'ai bien travaillé.
En dépit du fait que je claironne sur tous les toits que je suis la reine des branleuses et que je n'aime rien tant que traîner mes guêtres, il m'arrive malgré tout  régulièrement de me courber sur mon bureau et de toucher du nez , sur lequel glissent mes lunettes , mes feuilles de papier quadrillé.
Et de gratter , de souligner , de chercher , d'inventer.

Je ne le dis pas trop fort , mais j'aime bien.

D'abord parce que j'enfile alors de nouveau ma peau de bonne élève , comme une paire de pantoufles usées jusqu'à la corde mais imparablement confortables. Je retrouve une position que j'ai éprouvée durant des milliers d'heures , du petit bureau en contreplaqué de mon enfance jusqu'à la tablette minable de ma chambre d'étudiante.
Allumer la lampe de bureau , étaler ses classeurs , ouvrir ses bouquins , changer de couleur pour les titres , retourner la bibliothèque pour mettre la main sur LE manuel historique adéquat.
Je retrouve l'impression troublante d'avoir fait ça toute ma vie. Ce qui n'est pas tout à fait faux.

Ensuite , parce que je sais alors pourquoi je suis payée. Pas seulement pour faire garderie avec trente mômes hurlants et décérébrés ; mais parce que je connais des choses , que je sais les transmettre et que j'aime le faire. Parce que j'aime ricaner dans ma barbe en bidouillant une activité stupide qui les fera marrer aussi. Mais qui leur fera retenir , mine de rien , les terminaisons de cette saloperie de passé simple.
Parce que tout ça , je SAIS le faire.

Mais surtout parce que j'aime ça. Je n'ai jamais bien compris comment pouvaient cohabiter dans ma cervelle et dans mon coeur à la fois mon goût pour les gros mots , les films débiles , les blagues scato , la musique qui fait du bruit , les gens grossiers et celui , tout aussi prononcé , pour la littérature et le latin. 
Surtout pour le latin.
Suffit de voir le régiment de balais dans le cul qui fréquentent la fac de Lettres Classiques pour comprendre mon grattage de tête.
Heureusement qu'il y avait le club des Losers pour me faire sentir moins seule ( un de ces dawas qu'on lui mettait , à Markus , le prof allemand de linguistique grecque...). Marie-Caro qui ronflait , la tête sur la table , pendant le cours d'histoire romaine. Championne du monde.

C'est vrai , je baisse mon froc , je n'ai pas appris les langues anciennes pour planifier à treize ans ma future carrière de vacancière ; je l'ai fait parce que ça m'a tout de suite plu.
Moi qui suis si parfaitement bordélique et qui DETESTE aller au bout des choses , j'ai toujours aimé triturer pendant des heures les phrases de papys morts depuis deux millénaires , en extraire des pièces de puzzle , chercher à les assembler au poil de cul près , et ressentir ce rush de fierté et de satisfaction en me disant :
" Ca y est , j'ai compris !"
J'ai toujours aimé emboîter les morceaux de mots comme des Legos , pister leur fantômes dans les nôtres.
Eprouver leurs sonorités heurtées , ou liquides. 

J'aime Virgile , la description de la vallée des Songes dans " l' Enéide" . J'aime Cicéron , sa façon de mettre la pâtée verbale aux connards qui ont le tort de ne pas être aussi éloquents que lui , même si ça ne l'a pas empêché de se faire couper la tête et les mains à la fin. J'aime la " Médée " de Sénèque , parce que c'est la tragédie la plus violente et la plus poignante qui soit. J'aime Catulle , parce que la première phrase que j'ai eue à traduire en arrivant à la fac était : " Je t'enculerai et je me ferai sucer ". Texto.
Là , tu te dis , respect , ça n'a pas empêché le gars de passer à la postérité.
J'aime les Romains parce qu'ils sont à la fois des esthètes raffinés et des bourrins sanguinaires. J'aime leurs villes , leurs maisons , leurs monuments , leur sens du spectacle , leur goût pour les arts. Et j'aime leurs batailles , leurs assassinats , leurs coups d'Etat , leurs glaives passés à travers le corps pour un oui ou pour un non , leurs suicides, leurs tortures.
J'aime leur politique , retorse et passionnante.
J'aime leurs valeurs , même si , comme les autres , ils se sont lentement fait bouffer par l'argent.
J'aime leur grandeur comme leur décadence.

Ca dépayse.

Et aujourd'hui , les fesses calées sur mon bureau , j'aime expliquer à mes teenagers stakhanovistes de la consommation que l'épicurisme , c'est pas " La grande bouffe " grandeur nature , mais plutôt le moyen de faire le tri entre plaisirs nécessaires et plaisirs superflus.
Ou encore leur faire remarquer que , on a beau avoir mis 2000 ans dans la vue à ces has-been , nos citoyens à nous , pas plus que les leurs , n'ont encore aujourd'hui le droit de se marier s'ils ont le malheur d'être de la jaquette. Mais que les romains , eux au moins , n'étaient pas de gros homophobes et que même Jules César ne crachait pas dessus de temps à autre.
Vous avez dit politique ?
Absolument.

Bizarrement , sans que ça colle avec le reste de mon tableau perso , j'ai toujours aimé tout ça.
J'aime jusqu'au fait douloureux que , dans un monde comme le nôtre , ça ne sert absolument à rien.
Les batailles perdues d'avance sont toujours les plus belles.

Alors , fonctionnaire ? Prof ?

Evidemment.

Je ne sais rien faire d'autre.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mlle A 09/01/2008 15:17

Bah pourquoi ça sert à rien ? Moi ce que j'aimais, c'était la mythologie. Ca me fascinait, me faisait rêver, et j'adorais le fait de tout expliquer par une histoire... Et aujourd'hui encore, ça me titille toujours quand je comprends un mot, uniquement en me servant des racines grecques ou latines.

Par contre, ma prof de grec, elle a souffert avec ma classe d'abrutis qui faisait qu'à se moquer d'elle et sa choucroute sur la tête et mes profs de latins ne m'ont jamais esbaudis... Comme quoi, si tu tombes sur le bon prof :)

Axel Nader 09/01/2008 06:31

L'empire romain c'est l'humanité révèlée.
le latin et le scato c'est l'équilibre (mental)
tes écrits spirituels c'est l'analyse (psy)
et la marche à pied c'est bon pour la circulation
et…

freakylady 07/01/2008 21:53

< cubik : " Are you gonna finally destroy this fucking resistant gaulois village , you fucking bastards ? "

< sof : j'adorais souffler dans un poumon de veau avec une paille. C'était magique.

< bumblebee : freaky styley. Ce sont les adultes que ça surprend le plus , les enfants s'habituent à tout.

bumblebee 07/01/2008 16:40

une prof TATOUEE ?? Ou alors , j'ai mal compris dans un post précédent...

Sof 06/01/2008 14:40

Dis-donc quand tu auras fini d'écrire si bien ce qu'il y a dans ma tête et mon coeur... Bon ok tu remplaces le latin par la bio, mais sinon je ressens la même chose!! Constater que la nature est vachement bien faite et s'émerveiller à chaque fois!! Préparer un TP et se dire "ils vont trop kiffer de faire cette dissection!!" Et bien sûr, comme toi, comme un grand nombre de profs... ne savoir faire que ça. Oui mais nous, on le fait bien!