pur comme l'agneau

Publié le par freakylady

France Inter ronronne en arrière-plan , les chats tournent comme des requins autour de la table pendant que nous tapotons machinalement de la fourchette dans la purée de carottes. Discussion intermittente de repas du soir.
" Bonne journée? Mouais , bla bla... les élèves ? Rien , juste le petit Assouad qui m'a traitée de pute entre ses dents , bla bla... ah , pas cool... faudra sortir les poubelles , bla bla... tiens , Bidule a recouché avec son ex , bla bla...

      - Classique. C'est encore mieux après. "

Sur un ton concerté et entendu.
Je suspends ma fourchette , fixe l'intéressé jusqu'à ce qu'il relève le nez , les sourcils innocemment haussés.
" Bah quoi ?
- avec qui ? "
L'intéressé , prudent , baisse le nez et fait mine de manger sa purée le plus naturellement du monde.
" Avec Jennifer."

Jennifer.
 Un nom à présenter la météo sur M6.

Je la connais , Jennifer. Au moins de nom. Comme celles qui l'ont précédée , comme celles qui l'ont suivie. 
Je la connais depuis ce soir parmi les tous premiers , l'un de ces soirs où l'on fume les cigarettes d'après , à poil dans le lit , les pieds au mur , les membres emmêlés ; ces tous premiers soirs tâtonnants et précautionneux où l'on commence à forer dans la vie de l'autre pour tenter de savoir si l'on peut s'y faire une place. SA place.

Où l'on ouvre vaillamment la Bible poussiéreuse et méphitique de " ce que l'autre a vécu AVANT " .
Vous savez ? Cette boîte de Pandore dont on sait pertinemment qu'elle devrait rester scellée jusqu'au Jugement Dernier...
... mais dont on ne peut pas s'empêcher de faire sauter le verrou.

La première , c'était qui ?
A quel âge?
C'était bien?
La première qu'il a aimée ? Son nom ? Son visage , son corps ?
Jennifer.
Pendant combien de temps? Depuis combien de temps ?

Et , sous-jacentes , toutes les questions que l'on ne veut pas poser mais que l'on pose malgré tout , par transparence, à travers cet interrogatoire faussement désintéressé.
Etaient-elles plus belles que moi ?
T'ont-elles donné plus de plaisir que moi ?
Les as-tu aimées plus que tu ne m'aimeras ?
Avec la satisfaction farouche d'entendre l'autre nous confirmer au final qu'on est décidément la seule , l'unique , la plus MIEUX , et que sans nous la chair était triste et la vie , de la merde en bâton.

On est rassuré , convaincu , apaisé. Et naïf.
Nous aurait-il répondu autre chose?

Etant la reine du " Faites ce que je dis , pas ce que je fais " , j'ai toujours imposé aux hommes que j'ai aimés mon passé de pétroleuse et la guirlande d'histoires amoureuses qu'il suppose.
Il m'a toujours semblé parfaitement naturel de leur faire avaler et digérer sans sourciller mes amours absolues , mes plaies mal guéries , mes rodéos canailles , mes garceries passées.
Et la pluralité de mes exs.

Parce que , dans mon couple , je ne tolère qu'un playboy des steppes , et le playboy , définitivement , c'est moi.

D'abord , parce que j'ai toujours fui d'instinct les cavaleurs à longue liste. Par sécurité autant que par orgueil , il faut bien le reconnaître.

Ensuite et surtout , parce que je HAIS chacune des petites putes qui a eu l'outrecuidance de poser la main sur le corps de l'homme qui m'appartient. Qui a volé une part de l'amour qui me revient , dans son intégralité et sa primeur.

C'est ainsi que la purée de carottes n'a fait qu'un tour dans mon estomac. Parce que , sous la lumière rassurante de NOTRE cuisine , j'ai vu tout à coup sa bouche embrasser une bouche qui n'était pas la mienne , ses mains sur une poitrine certainement plus gironde , son désir dirigé vers quelqu'un qui n'était pas MOI.

Et j'en ai eu physiquement mal au ventre.

Le mâle est un petit malin. Il renifle la confusion silencieuse de sa moitié et sait la rassurer sur-le-champ à coups de " C'est toi la plus belle " et de " Tu es la fille la plus stupide et la plus hystérique que j'ai jamais vue et c'est pour ça que je t'aime ".

N'empêche que.

Mon indépendance a toujours été une part non-négociable du contrat , il est d'une évidence limpide que je vois qui je veux , quand je veux et que le malheureux qui avance une moue de jalousie se fait remettre direct à sa place , mon entourage proche contient presque davantage de garçons ( c'est bien de vous que je parle , mes lapins) que de filles...

Mais la simple idée que l'homme que j'aime ait pu vivre avant de me rencontrer me tord le coeur.

C'est pourtant pas compliqué , merde. 
Un homme vierge MAIS naturellement expérimenté , c'est trop demander ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sof 14/01/2008 15:59

Problème de confiance en soi. Si tu es convaincue que personne ne peut lui apporter ce que tu lui apportes, parceque tout simplement les autres ne sont pas TOI... tu seras jalouse des filles passées et des futures qu'il n'a pas encore rencontrées...

freakybis 11/01/2008 09:31

< cubik : c'est l'eunuque qui s'en charge.

< miss A : aaah , c'est marrant , le tien il a le crâne rasé ; le mien il a les cheveux longs. Ouais , on fait nos fifilles à noeud rose , et alors ?

< Francis : tiens , salut Francis , ça fait plaisir. Beh non , un homo aussi il a des exs ; ça m'emmerderait tout pareil. Et je crains que certains de mes arguments ne soient caduques face à la concurrence...

Francis 10/01/2008 15:30

En fait, il te faut un homosexuel qui vient de virer sa cuti ?

mlle A 10/01/2008 14:27

merde, j'me reconnais là dans le portrait... tiens, mardi prochain, j vais au ciné avec Mr n°7. Mais si l'HDMV me dit "tiens je vais diner avec 'Princesse' (petit surnom que j'ai donné à la dernière ex en date) je crois que s'il n'avait pas déjà le crâne rasé,je sortirais direct la tondeuse pour voir qui est le maître.

cubik 10/01/2008 09:06

bah, comment il va faire les courses sinon? >)